Marie Christine Trottier / Agence QMI :

Seule une commission parlementaire sur le projet de train électrique permettrait d’étudier toutes les alternatives de transport en commun possibles, soutiennent des groupes environnementaux.

Revue de presse sur le rapport du BAPE
Découvrez tous nos articles sur le train de la Caisse

«Ce projet ne fonctionne pas. Ça prend un meilleur service, pour un maximum de gens, pour un minimum de pollution, un minimum d’étalement [urbain], un minimum d’argent et un minimum d’autos sur la route», lance Shaen Johnstone, de la Coalition climat Montréal, à propos du projet proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ-Infra).

Dimanche, cette Coalition et le groupe Trainsparence, qui réunit une quarantaine de groupes écologistes, ont réclamé une commission parlementaire pour répondre aux questions soulevées dans le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Selon Mme Johnstone, le REM augmentera les émissions de gaz à effet de serre tout en diminuant l’achalandage dans certaines lignes de trains de banlieue dont Vaudreuil-Dorion et Candiac.

Lire sur TVA Nouvelles

REM: une coalition exige une commission parlementaire

La Presse Canadienne :

(…) Un professeur à l’Université de la Colombie-Britannique, Patrick Condon, qui a participé par téléphone à la conférence de presse, estime que le train électrique «relève d’une vision totalement dépassée et excessivement coûteuse des transports collectifs».

Ils craignent aussi que les coûts du projet explosent comme ce fut le cas avec le Stade olympique ou le métro de Laval, qui ont dû aussi être construits «à la hâte».

La construction du réseau électrique de 67 kilomètres devrait commencer cet été pour entrer en service en 2020.

Lire sur le 98,5 FM