Mathias Marchal / Journal Métro :

Le nouveau règlement sur les véhicules en libre-service (VLS) empêcherait le déploiement à Montréal de toute nouvelle auto à essence, ou hybride, ce que dénonce l’entreprise d’auto-partage Communauto. Jeudi, à la suite de la réunion du comité exécutif, l’administration Coderre a ajouté quelques mots à son futur règlement sur les VLS en précisant que «tout nouveau véhicule en libre-service qui sera ajouté au parc des fournisseurs devra être nécessairement électrique». Avant cet ajout, le projet de règlement prévoyait uniquement des quotas sur le nombre de véhicules électriques que devait contenir la flotte de VLS. Bref, Car2go ou Automobile pouvait élargir leur parc de véhicules dans la mesure où ils offraient suffisamment de véhicules électriques (15% d’ici fin 2016, 30% fin 2017 et 50% fin 2018). (…)

«On est sous le choc», confie Marco Viviani, porte-parole de l’entreprise qui dénonce la «modification de dernière minute du règlement». Même si M. Viviani a par la suite reçu l’assurance de la Ville que les 150 hybrides commandées recevraient une vignette universelle, il souligne néanmoins que ce règlement, s’il est adopté tel quel va à l’encontre de la volonté de la ville de favoriser l’autopartage dans un contexte où seuls les VLS électriques auraient la vignette universelle pour pouvoir se garer au centre-ville.

Lire sur le Journal Métro