Ottawa, le 22 mars 2016 – Équiterre s’est dit satisfait du premier budget du gouvernement de Justin Trudeau présenté aujourd’hui par le ministre Bill Morneau. Selon les estimations d’Équiterre, c’est plus de 4 milliards $ qui seront investis en 2016- 2017 dans le transport collectif, la lutte aux changements climatiques, l’électrification des transports, de l’eau plus propre pour les municipalités et les Premières Nations.

« On avance », a déclaré Steven Guilbeault d’Équiterre. « Les investissements fédéraux présentés dans le budget du ministre Morneau représentent une première contribution importante de la part du gouvernement fédéral au plan d’action sur les changements climatiques et au virage que doit prendre le Canada vers une société sobre en carbone », a-t-il ajouté.

« Équiterre salue également les investissements dans la science, la recherche sur les changements climatiques ainsi que dans les nouvelles technologies, en plus de la mise sur pied d’un fonds de 2 milliards $ pour une économie à faibles émissions de carbone », a déclaré Annie Bérubé, directrice des relations gouvernementales pour le bureau d’Équiterre à Ottawa.

Quelques ombres au tableau

Malgré les engagements du Canada auprès du G20 en 2009 réitérés de nouveau à Paris en décembre dernier, aucun progrès n’a été fait quant à l’élimination des subventions et préférences fiscales allouées à l’industrie pétrolière et gazière. Le gouvernement se donne jusqu’à 2025 pour compléter sa réforme de subventions aux énergies fossiles, malgré que d’autres pays se soient engagés à le faire d’ici 2020. De plus, le gouvernement n’a pas réformer le portfolio de financement de Exportation et Développement Canada qui continue de financer les exportations canadiennes liées aux énergies fossiles.

Une approche fiscale cohérente est nécessaire pour supporter la transition des marchés d’investissements vers les énergies propres et est incompatible avec un appui aux combustibles fossiles.

Outre les mesures déjà énumérées, notons des investissements de plus de 500 millions $ pour la rénovation éco-énergétique dans le logement social, 1,7 milliards $ dans le développement de nouvelles technologies dans les secteurs de la foresterie, de l’agriculture et de l’énergie.