Guylaine Bussière / ICI Radio-Canada :

La construction d’un troisième lien entre Québec et Lévis n’est peut-être pas l’unique remède aux problèmes de congestion routière de la région. Les entreprises qui mettent en place des incitatifs pour favoriser le transport en commun ou le transport actif de leurs employés font aussi partie de la solution, selon le Centre de gestion des déplacements de Québec.

L’organisme, mieux connu sous le nom de Mobili-t, a déjà accompagné une cinquantaine d’entreprises de la Capitale-Nationale dans la mise en place d’un plan de gestion des déplacements. Les incitatifs peuvent être variés : payer une partie ou la totalité du laissez-passer d’autobus, offrir des stationnements aux employés qui font du covoiturage, installer des supports à vélo, etc.

Selon la directrice de Mobili-t, Marie-Hélène Coll, ces mesures incitatives peuvent faire une différence. « Les entreprises détiennent un pouvoir plus grand qu’elles pensent sur ce problème important », dit-elle.

Chez Desjardins à Lévis, plusieurs de ces mesures ont été mises en place et elles procurent des résultats. À titre d’exemple, 375 employés sont inscrits au programme de covoiturage et ont ainsi accès à des stationnements réservés, tandis que 120 travailleurs qui prennent l’autobus profitent d’un rabais de 20 % sur leur laissez-passer mensuel.

Desjardins offre également un service de navette entre Lévis et Montréal pour éviter que les employés utilisent leur véhicule et se retrouvent dans la circulation. Richard Lacasse, porte-parole pour le Mouvement Desjardins, explique que l’organisation veut ainsi éviter l’auto solo.

Lire sur ICI Radio-Canada