Matthieu Perreault / Le Soleil :

Les émissions de méthane des pipelines et des puits de pétrole ont été sous-estimées, selon deux nouvelles études. Une bonne partie de ces émissions invisibles sont dues à des fuites «naturelles» qui ne sont pas liées à l’extraction des combustibles fossiles par l’homme. «L’industrie des carburants fossiles est responsable dans une proportion supérieure de 20 à 60% aux prévisions des émissions humaines de méthane», explique Stefan Schwietzke, de l’Université du Colorado, qui est l’auteur principal de l’une des études, publiée la semaine dernière dans la revue Nature. «En revanche, elle n’est pas responsable de l’augmentation récente des émissions humaines, qui est plutôt due à l’agriculture.»

(…)

À la mi-septembre, une étude similaire portant sur un échantillon plus réduit avait plutôt conclu dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) que les émissions de l’industrie des carburants fossiles avaient augmenté, du moins en Amérique du Nord, depuis le début du millénaire. Les opposants au pétrole et au gaz de schiste avaient souligné que cette nouvelle technologie était probablement responsable de l’augmentation.

Lire sur Le Soleil