Benoît Sabourin / Le Droit :

L’art et la science peuvent cohabiter. La preuve vivante de cette affirmation, Jérôme Dupras, bassiste des Cowboys Fringants, fait régulièrement la navette entre Ripon et Montréal, afin d’assouvir ses deux passions : la musique et la recherche.

La semaine, Jérôme Dupras est enseignant au Département des sciences naturelles de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et chercheur à l’Institut des Sciences de la Forêt tempérée (ISFORT), à Ripon, où il dirige le laboratoire d’économie écologique. Sous son aile, on retrouve une vingtaine d’étudiants gradués et de stagiaires post-doctoraux.

Les fins de semaine – et pas mal à tous moments lors des périodes de tournée plus intensives -, professeur Dupras va rejoindre ses acolytes des Cowboys Fringants pour fouler les planches et jouer devant des salles bondées, au Québec comme en France.

« Ma blonde et moi avons un Google Agenda qui est très précis », lance en riant le musicien de 37 ans et père de deux jeunes enfants, confortablement assis dans son bureau de l’ISFORT, ce pavillon de l’UQO qui servait à une autre époque de couvent du village.

Lire sur Le Droit