Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Le nombre de passagers et de véhicules transportés par les traversiers entre Québec et Lévis a atteint un nouveau creux en 2015-2016 et tiré vers le bas l’ensemble des résultats de la Société des traversiers du Québec (STQ).

La société d’État a déposé son rapport annuel de gestion 2015-2016 à la fin de septembre. On y apprend que l’achalandage des traversiers du Québec a diminué de 4 % ou 202 000 passagers durant la dernière année comptable, marquée par une grève à la rentrée automnale. (…)

Le navire propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) et au diésel marin n’a pas entraîné d’économies de carburant. Il faut dire que le système au GNL n’était pas fonctionnel pendant une bonne partie de l’année. C’est plutôt la baisse du prix moyen du diésel marin de 0,94 $ à 0,74 $ qui a engendré des économies de 900 000 $ pour l’ensemble des traversiers.

Le GNL, deux fois moins polluant que le diésel marin, doit contribuer à la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la flotte de la STQ. Là aussi, les économies se font attendre.

Les émissions de l’ensemble des navires ont augmenté de 36 240 tonnes pour 17 navires en 2014-2015 à 47 404 tonnes pour 18 navires en 2015-2016. «Une partie de ces émissions additionnelles est attribuable au nouveau navire à la traverse de Matane, qui s’avère plus grand et plus gros et pour lequel la motorisation est plus puissante», précise Maryse Brodeur, porte-parole de la STQ. Le nombre de tonnes par kilowatt de puissance a toutefois diminué de 6,7 %.

Lire sur Le Soleil