AFP :

Les mécanismes actuels pour limiter et réduire les émissions de gaz à effet de serre sont insuffisants pour éviter les pires effets du réchauffement climatique risquant de mettre en péril le bien-être des futures générations, a mis en garde mardi l’ancien chef climatologue de la NASA, James Hansen. « La science est absolument claire… nous devons réduire les émissions carboniques au cours des toutes prochaines décennies », a-t-il dit lors d’une téléconférence de presse pour présenter sa dernière recherche : « Le fardeau des jeunes : la nécessité de réduire les émissions de CO2 ».

Selon l’éminent climatologue, qui dirige le programme de recherche climatique à l’université Columbia à New York, les mesures prises jusqu’à présent par le gouvernement américain sont « très inadéquates ». Sans changement, les futures générations n’auront pas d’autres choix, le siècle prochain, que de pomper le CO2 de l’atmosphère à des coûts exorbitants. Il s’agit de technologies largement expérimentales consistant à capturer et à stocker le CO2 dans le sol, dont l’estimation des coûts varie actuellement de 104 à 570 000 milliards de dollars.

Lire sur La Presse

Le changement climatique polarise les Américains

AFP :

Les Américains restent très divisés sur le changement climatique, les plus à gauche estimant pour la plupart que la science a bien établi la responsabilité humaine dans le réchauffement, ce que nient un grand nombre de conservateurs, montre un sondage publié mardi. Sept démocrates progressistes sur dix estiment que les explications des scientifiques sur les causes du changement climatique sont totalement fiables contre 15 % des républicains conservateurs, selon cette enquête du Pew Research Center. Ces derniers sont aussi plus enclins à dire que les résultats des recherches climatiques sont influencés par le désir des scientifiques de faire avancer leur carrière (57 %) ou leurs convictions politiques (54 %), d’après l’enquête menée auprès de plus de 1500 adultes aux États-Unis entre le 10 mai et le 6 juin, quelque cinq mois avant l’élection présidentielle.

Lire sur La Presse