ICI Radio-Canada :

Une campagne Facebook demande aux utilisateurs d’indiquer leur présence au site de manifestations contre le pipeline Dakota Access, dans le Dakota du Nord, afin de troubler le bureau du shérif local. Le mouvement populaire a déjà mobilisé plus d’un million de sympathisants numériques. Avec la fonctionnalité « lieux », Facebook permet à l’utilisateur d’indiquer en temps réel l’endroit où il se trouve, même s’il n’y est pas.

Selon le message de la campagne virale, le bureau du shérif surveille les manifestants en fonction de leur utilisation des médias sociaux. En multipliant les « présences » virtuelles à Standing Rock, la campagne en ligne estime que les autorités policières seront débordées de pistes à suivre, et auront plus de difficulté à contrôler la manifestation. Toutefois, le bureau du shérif dément l’insinuation qu’il espionne les réseaux sociaux, disant que l’allégation est « absolument fausse ».

Lire sur ICI Radio-Canada