TVA Nouvelles :

Un bras de fer s’annonce à Mascouche puisque la Ville reproche à la Corporation de l’aéroport le déboisement «sauvage» du site du futur aéroport.

La municipalité a d’ailleurs remis une amende de plus de 80 000 $ à la corporation et à l’entrepreneur responsable de ces travaux. Elle leur reproche d’avoir déboisé un milieu humide et d’avoir omis d’obtenir les permis nécessaires auprès de la Ville.

«[Ils n’ont] aucun permis, [ils n’ont fait] aucune consultation auprès de la municipalité, a expliqué le maire Guillaume Tremblay. D’ailleurs le ministère de l’Environnement les a même avisés qu’il y avait ici même des milieux humides.»

M. Tremblay soutient qu’une discussion à ce sujet était d’ailleurs prévue la semaine prochaine. «Vous voyez la collaboration qu’on a, ça a déjà commencé, poursuit-il. Ils ne voulaient pas attendre la rencontre à ce qu’on peut voir aujourd’hui.»

Lire sur TVA Nouvelles

Projet d’aéroport : Mascouche s’adresse à la cour

(…) Les travaux de déboisement, qui « avancent à un rythme de 2 hectares par jour », occasionnent des « dommages irréversibles », de l’avis du maire de Mascouche, Guillaume Tremblay.

Ce dernier interpelle les ministres fédéraux de l’Environnement et des Transports pour « qu’ils interviennent rapidement dans ce dossier et ainsi [donnent] du sens à tous les efforts que nous déployons pour préserver notre plus grande richesse, notre environnement ».

Malheureusement, on a des gens, d’une corporation, qui veulent faire un aéroport à Mascouche, qui sont en train de démantibuler une forêt, des milieux humides de haute valeur, qui sont même reconnus par le ministère de l’Environnement.
– Le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay

Yvan Albert, porte-parole de l’organisation sans but lucratif qui agit comme promoteur du projet d’aéroport, est surpris de la réaction de la Ville et dit respecter toutes les règles.

« Actuellement, on fait nos travaux en vertu de la juridiction fédérale exclusive, la juridiction sur l’aviation, elle est exclusive. Le ministre nous a autorisés à faire les travaux », explique Yvan Albert.

Lire sur ICI Radio-Canada

C’est la faute au fédéral!

Gilles Bordonado / Opinion, La Revue :

La Corporation des pilotes de l’aéroport de Mascouche a lancé les travaux de déboisement sur le site du futur aérodrome autorisé par Transports Canada.

Ce déboisement a été reçu comme une tonne de briques par les Villes de Mascouche et de Terrebonne et par les citoyens riverains. Mascouche a lancé des appels à grands cris sur les réseaux sociaux pour dénoncer cette situation et cherchera à obtenir une injonction, mais on voit mal comment elle pourrait faire cesser ces travaux menés tambour battant. Ceux-ci semblent légitimes, car Québec, les tribunaux, les Municipalités et les citoyens ne peuvent pas faire reculer les promoteurs. Les décisions de Transports Canada ont, semble-t-il, préséance sur tout, puisqu’Ottawa a la totale juridiction sur le sujet. Mascouche expérimente ici exactement la même situation vécue à Neuville il y a quelques années. Un promoteur qui a la permission de construire un aéroport peut le faire.

Tous peuvent dénoncer avec véhémence les pilotes, ce déboisement décrit comme sauvage et un potentiel irrespect de l’environnement. Mais les pilotes exploitent comme ils en ont le droit l’autorisation donnée.

Lire sur La Revue