Steeve Paradis / Collaboration spéciale, Le Soleil :

(Baie-Comeau) «Si Hydro-Québec voulait vraiment, il n’y en aurait pas d’accident au chantier, mais tout ce qu’ils veulent, c’est aller plus vite pour avoir leurs ostie de bonis à la fin de l’année. La sécurité, ça n’a aucune importance pour eux.»

Clément Barriault, père de Steeve, décédé au chantier hydroélectrique de la rivière Romaine en mars 2015, ne mâche pas ses mots à l’endroit d’Hydro-Québec. Comme bien d’autres intervenants, il estime qu’un arrêt des travaux s’impose au vaste chantier au nord de Havre-Saint-Pierre, le temps que la lumière soit faite sur la sécurité de la totalité des travaux effectués. Un quatrième travailleur, Luc Arpin, vient de mourir sur ce chantier.

«Présentement, tout le monde se garroche, mais dans quelques mois, tout le monde va l’avoir oublié, ce mort», lance M. Barriault, plus que sceptique par rapport aux éventuels résultats du comité spécial créé par Hydro. «Ça ne peut pas être pire que ça l’est actuellement sur le chantier, et tout le monde regarde là actuellement, mais aussitôt que les médias auront le dos tourné et qu’ils regarderont ailleurs, ils [Hydro] vont recommencer», ajoute l’homme.

Clément Barriault poursuit Hydro-Québec en cour civile pour le décès de son fils, mort noyé lorsque la pelle mécanique qu’il opérait a brisé la glace sur laquelle elle se trouvait. Il ignorait qu’il y avait six mètres d’eau à cet endroit. M. Barriault a également déposé une plainte criminelle, lui qui a toujours cru qu’Hydro-Québec et EBC, employeur de son fils Steeve, avaient fait preuve de négligence criminelle dans ce dossier, mais sa plainte n’a pas été retenue.

«Hydro est intouchable par les lois», enchaîne le père, très amer d’avoir simplement reçu un montant d’assurance pour la mort de son fils. «Cinquante mille dollars, c’est ça que vaut la vie de mon fils pour Hydro-Québec. Pour eux, c’est moins cher de perdre un homme que de perdre une machine ou une heure de travail.»

Lire sur Le Soleil

La FTQ-Construction réclame une commission d’enquête après une autre mort à la Romaine

ICI Radio-Canada :

La FTQ-Construction réclame la tenue d’une commission d’enquête publique sur les « lacunes en matière de santé et de sécurité du travail » sur les chantiers d’Hydro-Québec. Cette demande survient à la suite d’un accident mortel la semaine dernière au chantier de la Romaine.

Il s’agit du quatrième accident mortel à se produire sur le chantier du complexe hydroélectrique depuis le début des travaux en 2009.

Dans la foulée de ce nouveau drame, la société d’État a mis sur pied un comité spécial pour évaluer les méthodes de travail à la Romaine.

La FTQ-Construction estime toutefois qu’il faut aller plus loin pour fournir des réponses aux familles endeuillées.

« Ce n’est pas vrai qu’Hydro-Québec va aller sur la place publique pour se donner des tapes sur les doigts. Une organisation cherche toujours à se protéger », lance par voie de communiqué le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet.

Lire sur ICI Radio-Canada

«Trop tôt» pour arrêter le chantier de la Romaine, dit Vien

Simon Boivin / Le Soleil :

(Québec) Il est «trop tôt» pour envisager un arrêt des travaux à la Romaine ou une enquête publique sur les pratiques d’Hydro-Québec, estime la ministre du Travail, Dominique Vien.

Les demandes de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ-Construction) dans la foulée de la mort de quatre travailleurs à la Romaine depuis 2010 ne seront pas exaucées à court terme.

«Je pense qu’il est beaucoup trop tôt pour envisager différents scénarios, a déclaré la ministre Vien, mercredi. Documentons la situation.»

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, dont relève Hydro-Québec, s’est dit «extrêmement préoccupé». «Ce n’est pas acceptable d’avoir autant de décès», a-t-il déclaré.

Un travailleur, Luc Arpin, est mort, vendredi, enseveli sous l’effondrement d’une paroi rocheuse. Son corps n’a toujours pas été récupéré.

Lire sur Le Soleil

La FTQ-Construction réclame une enquête sur Hydro-Québec

TVA Nouvelles :

(…) Pour le directeur général de la FTQ Construction et le représentant syndical Bernard «Rambo» Gauthier, la seule solution est la tenue d’une commission d’enquête pour déterminer, de façon indépendante, les circonstances de ces incidents. Il juge que la création d’un comité spécial par Hydro-Québec n’est pas suffisante.

«Quand tu es rendu au 4e décès, je crois que tu n’es plus rendu à la phase d’autoévaluation. Ça prend un regard extérieur. Je ne mets pas en doute l’intégrité des gens qui sont là, mais il faut quand même être logique! C’est rare que, quand tu t’autoévalues, tu vas ensuite dire: « Je suis coupable sur toute la ligne »», affirme le directeur général de la FTQ-Construction Yves Ouellet.

Bernard «Rambo» Gauthier, qui s’est rendu sur les lieux à la suite de l’accident, indique qu’il y a beaucoup de détresse sur les chantiers. «Ce n’est pas beau ce qu’on a vu là. C’est morose. C’est rendu que des mères et des enfants qui appellent pour dire aux hommes de partir de là! Ça n’a aucun sens! Ça ne devrait pas exister en 2017.»

Lire sur TVA Nouvelles

Communiqué : Autre décès sur un chantier d’Hydro-Québec – La FTQ-Construction demande une commission d’enquête publique

Communiqué : Décès sur le chantier de la Romaine – Le Parti Québécois demande une commission parlementaire

Ajout :

Le Soleil : Le travailleur de La Romaine toujours prisonnier du roc

ICI Radio-Canada : Accident mortel à la Romaine : le père d’une victime ne croit pas à une commission d’enquête

Le Soleil : Travailleur mort à La Romaine: feu vert pour récupérer le corps