Denise Proulx / Le Journal de Montréal :

Hydro-Québec vient de recevoir l’autorisation de stocker pendant 10 autres années les déchets radioactifs de Gentilly-2 sur le site de la centrale nucléaire du Centre-du-Québec. Mais des experts estiment que les déchets demeureront plusieurs décennies. Cette situation inquiète grandement Jacques Dagenais, un expert financier qui suit les activités d’Hydro-Québec depuis plusieurs années. «Les combustibles de Gentilly-2 représentent l’équivalent de 1000 bombes atomiques en attente de trouver un lieu sécuritaire. Ils sont dans des sarcophages temporaires. Je ne crois pas que ces déchets vont partir d’ici et certains sont actifs pendant un million d’années», dit-il. (…) Pour Jacques Dagenais, le refus de démanteler Gentilly-2 est surtout une affaire de camouflage des coûts réels. «Si le gouvernement décidait de déclasser immédiatement en mettant au travail les ingénieurs tablettés et en utilisant les silos temporaires, construits pour la réfection qui n’a jamais eu lieu, le tout pourrait être complété en moins de 10 ans, gardant ici les milliards de dollars qui seront exportés ailleurs au Canada, dans un temps encore inconnu. Et on ne risquerait pas la perte d’expertise», ajoute Jacques Dagenais.

Coûts estimés du démantèlement (en 50 ans)
Selon Hydro-Québec  1,8 G$
Selon l’expert Jacques Dagenais  8 à 10 G$

Lire sur Le Journal de Montréal