Luc Deneault, Montréal / Opinion, Le Devoir :

Voir le documentaire Demain est une expérience à la fois inspirante et irritante. Les réalisateurs-présentateurs Cyril Dion et Mélanie Laurent vont à la rencontre de personnages ou de mouvements qui secouent les dogmes contribuant au péril écologique. Parmi les pistes de solution, on évoque les mérites de toutes les diversités (sur les plans biologique, social, culturel)… sauf, semble-t-il, la diversité linguistique. Cette dernière ne semble pas une préoccupation puisque les textes de la musique qui accompagne le film — des pièces originales de Fredrika Stahl ou des reprises de Rufus Wainwright — sont invariablement en anglais. À croire que le français ne réussit pas à exprimer l’angoisse, puis la résilience et l’imagination véhiculées par les protagonistes de ce documentaire.

Lire sur Le Devoir