Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Le maire de Québec refuse catégoriquement d’affecter des autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) à la desserte régulière de l’aéroport international Jean-Lesage. Régis Labeaume propose plutôt que les voyageurs partagent un taxi pour atteindre le centre-ville. Et au passage, il critique sérieusement la gestion de l’aéroport.

Le maire n’a manifestement pas apprécié les reportages de Radio-Canada sur l’absence de navettes pour gagner ou quitter l’aéroport, un problème historique remis à l’avant-scène la semaine dernière. «Cessez de faire des pressions avec les médias pour régler votre dossier, c’est pas comme ça que ça marche», a-t-il commencé par dire lors de son point de presse d’avant-conseil.

M. Labeaume a ensuite révélé que son administration a établi à 500 000 $ la facture annuelle pour le passage régulier d’autobus à l’aéroport, où un service minimal est assuré matin et soir pour les travailleurs. Un montant que la Ville de Québec refuse d’assumer seule. «On donne un service public aux gens qui paient des taxes à Québec. Vous avez un aéroport qui visiblement dépense beaucoup. On va leur dire : vous avez pas le goût de dépenser dans le service à la clientèle aussi?» a-t-il lancé aux gestionnaires d’Aéroport de Québec inc. (AQi), la société privée qui gère les installations aéroportuaires.

«Je ne peux pas couper du service régulier ailleurs pour le donner à l’aéroport», a renchéri Rémy Normand, président du RTC, qui dit fonctionner avec une banque d’heures fixe où tout ajout doit être financé par une coupe.

Lire sur Le Soleil

Transport en commun : le maire Labeaume lance la balle dans le camp de l’aéroport

ICI Radio-Canada :

(…) L’opposition à l’Hôtel de Ville reproche à l’administration Labeaume de ne pas mettre ses priorités à la bonne place. La conseillère municipale Anne Guérette donne en exemple le projet d’un anneau de glace à 68 millions de dollars, dont une partie du budget a été approuvé lors du conseil municipal lundi soir.

« Il choisit de construire un anneau de glace, on n’est vraiment pas sûr que c’est une priorité, mais il ne veut pas offrir de service du RTC à l’aéroport de Québec. C’est une question de choix politiques […] et on pense que ça lui [Régis Labeaume] arrive souvent de faire des mauvais choix », insiste Anne Guérette.

De son côté, la direction de l’aéroport de Québec ne veut pas réagir tout de suite aux propos du maire Labeaume, mais mentionne que les frais d’améliorations aéroportuaires doivent obligatoirement servir pour payer des infrastructures et rien d’autre.

Lire sur ICI Radio-Canada