Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement Trudeau n’entend pas mener d’évaluation des risques du projet de transport ferroviaire de pétrole vers le futur port de Belledune, au Nouveau-Brunswick. Selon le scénario de l’entreprise Chaleurs Terminal, 220 wagons chargés de brut doivent traverser chaque jour plusieurs municipalités du Québec, afin d’acheminer ce pétrole en vue de son exportation.

Est-ce que le gouvernement fédéral prévoit une étude ou une évaluation de ce projet, qui suscite des inquiétudes dans plusieurs municipalités du Québec ? « J’ai eu des interactions avec des municipalités qui ont exprimé leurs inquiétudes. J’essaie de leur prouver que c’est ma première priorité et nous avons mis des mesures en place depuis Lac-Mégantic, et qu’il y en aura d’autres qui seront mises en place », a simplement répondu mercredi au Devoir le ministre des Transports Marc Garneau.

« Je pense que c’est important de rassurer les gens : la situation a bel et bien changé depuis Lac-Mégantic », a-t-il ajouté, dans le cadre d’un point de presse tenu à Montréal pour annoncer un nouveau programme de 55 millions de dollars destiné à améliorer la « sécurité » ferroviaire au Canada, qu’il qualifie de « priorité absolue ».

Lire sur Le Devoir