Réginald Harvey, Collaborateur spécial / Le Devoir :

Un groupe de chercheurs, issus de plusieurs pays, sont partis à la chasse aux initiatives environnementales un peu partout sur la planète ; ils ont découvert des endroits intéressants et pris connaissance de projets stimulants, qui laissent voir que le sort de la planète leur apparaît maintenant moins sombre et que son avenir semble plus durable.

En provenance du Canada, de la Suède, de l’Afrique du Sud et du Royaume-Uni, plusieurs professeurs d’université collaborent au projet « Seeds of a Good Anthropocene », dont la première phase s’étend de 2014 à 2016. Il consiste à relever, dans différents endroits du monde (« bright spots »), des gestes concrets posés par des individus ou par des communautés locales qui contribuent à la protection de l’environnement et qui procurent une meilleure qualité de vie.

 Ils ont réuni sur un site Web 500 projets, parmi lesquels ils en ont retenu une centaine, qu’ils ont analysés : ils ont dégagé leurs traits marquants et communs susceptibles de procurer un avenir plus durable et reluisant à la planète et à ses habitants. De cette façon, ils en sont arrivés à les classifier sous le chapeau de six grands thèmes qui les caractérisent : agroécologie, urbanisme vert, savoir de demain, transformation urbaine, avenir équitable et avenir durable.

Lire sur Le Devoir