Charles Côté / La Presse :

La réduction d’effectifs au ministère de l’Environnement favorise l’impunité des municipalités dans les cas de déversements d’eaux usées. C’est l’avis de Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). M. Daigle réagissait au dossier de La Presse publié hier sur les problèmes de déversements d’égouts municipaux qui persistent dans certaines municipalités même s’ils sont illégaux. « Avant, il y avait des inspections aux cinq ans et des suivis mensuels des déclarations des municipalités, dit-il. Aujourd’hui les municipalités remettent un rapport annuel et il n’y a plus d’inspection régulière. On avait des gens chez nous qui jouaient un rôle de conseil et d’expertise et ça se perd. » Selon le SFPQ, le nombre d’inspecteurs en environnement est passé de 282 en avril 2014, au moment de l’élection du gouvernement Couillard, à 246 aujourd’hui, une baisse de 13 %.

Lire sur La Presse