Dominique La Haye / Le Journal de Montréal :

NEW YORK – Leonardo Di Caprio cite l’impact des coupes à blanc de forêts boréales canadiennes dans un discours sur les changements climatiques, à l’ONU. La star hollywoodienne connue comme un ardent défenseur de la planète était de passage au siège de l’ONU à New York, hier, où 175 pays ont signé l’entente de Paris sur les changements climatiques. «J’ai voyagé partout dans le monde pour documenter la manière dont cette crise est en train de changer l’équilibre naturel de notre planète. J’ai vu des villes comme Pékin étouffées par la pollution industrielle», a soutenu l’acteur. «Les forêts boréales anciennes au Canada ont été coupées à blanc», a-t-il ajouté.

Lire sur Le Journal de Montréal

TVA Nouvelles : «Le monde nous regarde», il est temps d’agir