Geneviève Gélinas / Collaboration spéciale, Le Soleil : 

(Gaspé) Huit femmes et deux hommes se préparent à traverser Anticosti du sud au nord, du 18 au 29 août. Ils sont ingénieure, géographe ou philosophe, âgés de 16 ans jusqu’à la cinquantaine et veulent attirer l’attention des Québécois sur des alternatives au pétrole pour développer l’île. Le Soleil a discuté avec certains de ces excursionnistes, un échantillon du type de touristes qu’Anticosti pourrait attirer si elle était plus accessible. La fin de semaine dernière, Myriam Roy-Lelièvre et Catherine Roy ont grimpé le mont Sainte-Anne avec des sacs remplis d’équipement inutile sur le dos. Pas besoin d’être un athlète pour franchir les 115 kilomètres de la Grande Traversée d’Anticosti. Mais des journées de 15 à 20 kilomètres hors sentier ou les pieds dans la rivière, avec un seul point de ravitaillement à mi-trajet, méritent qu’on s’y prépare, jugent-elles.

Lire sur Le Soleil