David Savoie / ICI Radio-Canada :

Ils sont utilisés par des photographes et des militaires, mais voilà qu’ils pourraient devenir des outils précieux pour les biologistes et les scientifiques. Des chercheurs commencent à voir l’intérêt considérable des drones, notamment pour recenser le vivant.

Établir une carte précise de glaciers au Népal, aider les efforts de protection des rhinocéros en Afrique du Sud ou évaluer une population d’orangs-outans en Indonésie : le recours de drones à des fins scientifiques parait inépuisable.

L’utilisation de drones n’est pas limitée aux destinations exotiques : des drones ont été utilisés au Canada pour faire des suivis d’espèces, comme l’ours noir, la bernache, l’oie des neiges et plusieurs autres oiseaux.

Certaines municipalités, comme Brossard, près de Montréal, s’intéressent également au potentiel des drones pour faire un inventaire forestier ou encore évaluer la population de chevreuils, entre autres.

Lire sur ICI Radio-Canada