Isabelle Porter / Le Devoir :

La Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) s’apprête à apporter de nouveaux assouplissements au règlement pour protéger le réservoir d’eau potable, et ce, même dans certaines zones dites « plus sensibles »« C’est clair que, nous, c’est l’eau potable qui nous intéresse, l’écoulement de l’eau vers les ruisseaux, les sources souterraines. Évidemment, plus les sols sont impropres à recevoir des installations septiques, plus on va être sévères. Et plus la végétation est fragile pour contenir l’écoulement, plus on va être sévères. À l’inverse, quand les milieux ont de l’aptitude à recevoir des installations septiques, on va lever le pied un peu », a déclaré au Devoir l’expert de la CMQ dans ce dossier, François Morneau. Adopté en mars, le Règlement de contrôle intérimaire (RCI) force un grand nombre de nouvelles résidences de Stoneham à se raccorder à un réseau d’égout. On craint en effet que l’étalement urbain et la multiplication des fosses septiques dans le secteur n’aggravent l’état de santé du lac Saint-Charles, principal réservoir d’eau potable de la ville de Québec. (…)

Pendant ce temps, le secteur de la CMQ le plus touché par le problème fait face à une véritable ruée vers les permis de construction. En date du 9 septembre, la municipalité avait reçu 155 demandes de permis. C’est presque trois fois plus qu’en 2015 (57). Et ce n’est pas tout, selon le maire, Robert Miller, qui « s’attend » à en recevoir « une centaine » de plus d’ici au 20 octobre. La date du 20 octobre est cruciale puisque c’est à cette date que doit entrer en vigueur la nouvelle réglementation de la CMQ. À l’origine, le règlement devrait entrer en vigueur dès le printemps, mais à la dernière minute, le président de la CMQ, Régis Labeaume, a annoncé qu’il accordait un sursis de six mois aux propriétaires.

Lire sur Le Devoir