Lia Lévesque / La Presse canadienne :

Certains en appellent au courage des gouvernements, d’autres à la responsabilisation des citoyens

La question de l’importance stratégique pour le Québec des économies sociale et verte a fait consensus lors d’un débat entre conférenciers patronal, syndical, coopératif et écologistes, mais leur opinion variait à savoir s’il appartient d’abord au gouvernement de montrer la voie ou à l’individu de faire les bons choix. La Maison du développement durable avait organisé, lundi à Montréal, un débat qui réunissait entre autres le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, le président de la CSN, Jacques Létourneau, le directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant, ainsi que des représentants du Mouvement des caisses Desjardins et de groupes écologistes. (…)

« Le grand consensus politique, on ne le fera jamais, a lancé Jacques Létourneau, de la CSN. On avait un gouvernement à Ottawa, il n’y a pas si longtemps, qui niait même la problématique du réchauffement de la planète. Il faut agir sur les pouvoirs politiques, parce que l’État a un rôle fondamental à jouer en matière de politiques de développement. » « C’est une question de vision et un peu de pédagogie aussi. Ce n’est pas juste les personnes qui vont changer les choses, c’est souvent les gouvernements, par des décisions courageuses », a lancé Jean-Martin Aussant, du Chantier de l’économie sociale.

Lire sur Le Devoir