TVA Nouvelles :

L’Office national de l’énergie (ONÉ), chargé notamment d’effectuer la consultation publique concernant le projet d’oléoduc Énergie Est, n’a pas la confiance des Québécois, selon un sondage SOM, mené au début octobre, à la demande de groupes environnementalistes.

L’ONÉ a été secouée récemment lorsque deux membres du comité des audiences avaient pris part à des rencontres privées avec Jean Charest, alors qu’il travaillait comme consultant pour TransCanada, l’entreprise à l’origine du projet.

Le sondage SOM commandé par Équiterre, Fondation Coule pas chez nous, Fondation David Suzuki, Greenpeace Canada, Nature Québec et Regroupement vigilance hydrocarbures Québec révèle que 73 % de Québécois interrogés n’ont pas confiance en l’ONÉ et 89 % demandent une réforme en profondeur du processus d’évaluation environnementale au fédéral, avant de reprendre ou poursuivre l’étude du projet de pipeline déposé.

Lire sur TVA Nouvelles

Greenpeace plaide pour une réévalutation du projet d’Énergie Est

ICI Radio-Canada :

Le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin juge les mesures entreprises par le gouvernement libéral insuffisantes et croit que l’évaluation du projet Énergie Est doit être recommencée à neuf. On ne peut pas continuer! La base de cette évaluation environnementale est mauvaise! L’ONE et les évaluations, il faut complètement les réformer! Après ça, les gens auront confiance dans les processus s’il y a un vrai ménage qui se fait, mais pour l’instant, ce n’est pas ce qu’on a!
Patrick Bonin, porte-parole, Greenpeace Canada

« Ce ne sont que des réformettes actuellement de l’ONE et clairement, il n’y a pas de confiance de la part de la population et ça ne donne rien de continuer une évaluation si les gens n’ont pas confiance dans les institutions », plaide l’environnementaliste.

Lire sur ICI Radio-Canada

National Observer : Nearly 90 per cent of Quebecers want pipeline hearings stopped pending environmental reform

Communiqué : SONDAGE SOM : UNE FORTE MAJORITÉ DE QUÉBÉCOIS DEMANDENT UNE RÉFORME GLOBALE AVANT TOUTE REPRISE DE L’EXAMEN DU PROJET ÉNERGIE EST -TRÈS GRAND DÉFICIT DE CONFIANCE ENVERS L’ONÉ