Alexandre Shields / Journaliste :

Dossier complet : Le projet de la controverse

Le BAPE peut aller de l’avant

La Cour supérieure a rejeté vendredi la demande des groupes environnementaux qui souhaitaient stopper l’étude du BAPE sur le pipeline Énergie Est, jugeant la démarche incomplète puisque TransCanada n’a produit aucune étude d’impact, contrairement à ce que prescrit la législation québécoise.

Péril noir sur le monde agricole

Pas moins de 75 % du tracé du pipeline Énergie Est au Québec se trouve en zone agricole. Une situation qui suscite de très vives inquiétudes, selon ce qu’a constatéLe Devoir.

L’Alberta et le pétrole, au-delà du «Quebec bashing»

Au-delà des efforts de promotion de TransCanada en faveur d’Énergie Est, les attaques particulièrement virulentes en provenance de l’Ouest canadien n’ont pas tardé lorsque la Communauté métropolitaine de Montréal a rendu publique sa position sur le projet, position qui s’appuyait sur la première étude indépendante menée sur Énergie Est au Québec.

Un pipeline, une province, des enjeux communs

Le pipeline Énergie Est doit traverser plus de 800 cours d’eau au Québec. Selon une étude réalisée par Polytechnique, ces traversées pourraient poser de grands risques environnementaux pour une trentaine de rivières importantes, dont certaines servent de sources d’eau potable.

Le pipeline de la dernière chance

Aux prises avec des projets de pipelines bloqués depuis des années, l’industrie pétrolière est bien consciente que la croissance de sa production passe inévitablement par la construction d’Énergie Est.

Le début d’une saga judiciaire?

En l’espace d’à peine quelques jours, le projet Énergie Est de TransCanada a connu des rebondissements juridiques majeurs. Et à travers les actions légales entreprises coup sur coup par des groupes environnementaux et le gouvernement Couillard, on comprend que ce pipeline controversé n’a visiblement pas été développé en respectant les lois du Québec.

Lire sur Le Devoir