Jean-François Cliche / Le Soleil :

(Québec) Des groupes environnementaux américains et canadiens s’inquiètent du trafic maritime que pourrait engendrer le projet de pipeline Énergie Est, de la compagnie TransCanada. Dans un rapport rendu public mardi, ces groupes menés par le National Resources Defence Council (NRDC) estiment que le projet, s’il voit le jour, pourrait accroître le 75 % le trafic de pétroliers dans la baie de Fundy, entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Énergie Est doit amener du pétrole de l’Alberta, principalement des sables bitumineux, vers l’Atlantique, où une grande partie sera exportée. Depuis que l’idée de construire un terminal pétrolier à Cacouna a été abandonnée à cause des risques pour les bélugas, le port de Saint-Jean est le seul endroit d’où le pétrole sera chargé sur bateau. Dans des documents déposés en mai dernier à l’Office national de l’énergie, qui se penchera bientôt sur le projet, TransCanada prévoit que son pipeline amènera environ 280 pétroliers, une augmentation de 75 % par rapport au trafic pétrolier de 2014.

Lire sur Le Soleil