Alexandre Shields / Le Devoir :

Après avoir convenu avec TransCanada d’un calendrier pour l’évaluation québécoise du projet Énergie Est, le gouvernement Couillard laisse maintenant entendre que l’examen pourrait prendre plus de temps que ce qui avait été annoncé au printemps dernier. C’est ce qu’a indiqué mercredi au Devoir le cabinet du ministre de l’Environnement du Québec. Selon ce qu’avait prévu le ministère de l’Environnement du Québec en avril, les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) devaient débuter au mois d’octobre, de façon à ce que le calendrier de l’étude permette aux commissaires de compléter leur rapport pour février 2017. Mercredi, dans le cadre d’un débat à l’Assemblée nationale sur une motion péquiste exigeant le rejet du pipeline Énergie Est, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand a toutefois évoqué « une prolongation des délais » pour l’évaluation du projet. Est-ce que le BAPE pourrait être retardé ? « L’échéancier du gouvernement mentionné en avril dernier et entourant l’étude de cet éventuel projet est à titre indicatif seulement. D’aucune manière le Québec n’est lié de façon stricte par cet échéancier », a répondu au Devoir le cabinet de presse du ministre de l’Environnement David Heurtel.

Lire sur Le Devoir