Gilbert Lavoie / Le Soleil :

(Québec) CHRONIQUE / Cela fera un mois, samedi, qu’un déversement de 250 000 litres de pétrole dans la rivière Saskatchewan a souillé les sources d’alimentation en eau potable des 70 000 habitants de Prince Albert, de North Battleford et de Melfort. Un mois, et les autorités de ces villes ne savent toujours pas quand elles pourront puiser leur eau de cette rivière. Inquiets des réponses qu’on leur donne, des citoyens ont mis sur pied un comité indépendant pour déterminer les conséquences de ce déversement sur l’écosystème. Au rythme où vont les choses, la situation ne sera pas revenue à la normale le 29 août, quand l’Office national de l’énergie (ONE) commencera ses audiences publiques à Montréal sur le projet Énergie Est. On voit d’ici la difficulté qu’aura TransCanada de rassurer les maires de l’agglomération montréalaise opposés à son projet d’oléoduc.  La grande inconnue, dans ce débat, demeure la position du gouvernement du Québec. Or en cette matière, l’assurance du premier ministre Philippe Couillard peut être tout aussi rassurante qu’inquiétante.

Lire sur Le Soleil