Alexandre Shields / Le Devoir :

La construction du pipeline Énergie Est de TransCanada est essentielle pour permettre à l’industrie pétrolière canadienne de rejoindre un marché indien lucratif et de plus en plus gourmand. La route du pétrole des sables bitumineux passe donc par le Québec, a fait valoir mardi le président et chef de la direction de l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP), Tim McMillan.

Alors que l’évaluation environnementale du projet de pipeline est au point mort au Québec et que le processus de l’Office national de l’Énergie doit reprendre depuis le début, le porte-parole du lobby pétrolier est venu plaider pour le développement de nouveaux marchés pour la production canadienne, dans le cadre d’une allocution prononcée à la tribune du Conseil des relations internationales de Montréal.

Selon M. McMillan, le client « naturel » que représente les États-Unis risque de devenir de plus en plus un compétiteur, notamment en raison des politiques mises de l’avant par la nouvelle administration de Donald Trump. Le président, a rappelé M. McMillan, a promis à plusieurs reprises de réduire les normes environnementales, mais aussi de favoriser le développement du secteur des énergies fossiles.

Lire sur Le Devoir