AFP :

Les pays du G20 doivent s’engager plus activement dans la décarbonisation des économies, ont exhorté jeudi des ONG de défense du climat, déplorant par exemple le financement par l’UE de projets liés aux énergies fossiles. Les grandes puissances devront revoir à la hausse (par 6!) leurs objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 si le monde veut tenir les engagements de l’accord et rester sous la limite des +2°C de réchauffement, a calculé Climate Transparency, dans un rapport publié à trois jours du sommet du G20 à Hangzhou (Chine). Selon Climate Transparency, qui rassemble plusieurs centres de recherche, les politiques publiques ont progressé, mais les investissements «bas carbone» sont insuffisants et les projets de centrales à charbon incompatibles avec l’impératif climatique: «le G20 n’est pas encore en train de passer d’une économie brune à une économie verte». Le G20 génère 75% des émissions mondiales, et ses GES liés aux énergies ont crû de 56% de 1990 à 2013. Cette croissance s’est arrêtée mais les émissions ne déclinent pas encore, car les progrès des renouvelables ne compensent pas la hausse de l’activité, note le rapport, qui rappelle notamment la promesse du G20 en 2009 d’éliminer les subventions aux énergies fossiles.

Lire sur Le Journal de Montréal

Le WWF recense les signaux d’une transition énergétique

AFP :

Essor des énergies renouvelables, déclin de l’industrie du charbon ou engagement des villes et des entreprises: le WWF recense dans un rapport publié jeudi une quinzaine de signaux montrant que la transition énergétique «en cours», si elle est trop lente, est «irréversible». Les énergies renouvelables ont représenté 90% des nouvelles capacités de production électrique en 2015, les émissions globales de CO2 provenant du secteur de l’énergie ont stagné pour la 2e année consécutive malgré une croissance mondiale de 3%, écrit l’organisation écologiste. Parmi les énergies vertes, le solaire a vu son prix chuter de 80% entre 2009 et 2015, permettant à cette technologie de se diffuser bien plus largement. D’ailleurs, «les investissements mondiaux dans l’électricité et les carburants renouvelables ont atteint un niveau record l’an dernier» avec 286 milliards de dollars, met en avant l’ONG, avec dans l’ordre la Chine, les États-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et l’Inde.

Lire sur La Presse