Gérald Fillion / ICI Radio-Canada :

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) lance un message clair. Pour nous assurer de ne pas dépasser un réchauffement planétaire de 2 degrés Celsius en 2100, avec un taux de probabilité de 66 %, nous avons besoin d’une « transition énergétique d’une ampleur exceptionnelle, vaste et rapide ».

Il faut que les émissions de CO2 atteignent leur sommet en 2020, dans trois ans, et elles doivent avoir chuté de 70 % en 2050 par rapport au niveau d’aujourd’hui pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

On ne peut plus faire semblant de s’attaquer à la question environnementale. Les énergies renouvelables, les sources énergétiques à faibles émissions de carbone, le nucléaire et les énergies fossiles qui peuvent être technologiquement captées et stockées doivent répondre à 70 % de la demande en énergie en 2050, selon l’AIE. Les énergies solaire et éolienne devraient devenir les premières sources d’électricité en 2030.

Lire sur ICI Radio-Canada