Pierre-André Normandin / La Presse :

Les compressions imposées par le président Donald Trump à l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) pourraient avoir des répercussions jusque dans l’eau que boivent les Montréalais. Le scénario d’une amputation de 97% du budget pour la dépollution des Grands Lacs soulève des inquiétudes des deux côtés de la frontière.

En prévision de son budget 2018 qu’il doit présenter d’ici deux semaines, Donald Trump a demandé des compressions à la majorité des départements américains afin de financer une augmentation des dépenses militaires. Frappée de plein fouet, l’EPA devrait voir ses fonds réduits du quart.

Pour atteindre, cet objectif, l’Agence a entrepris de réviser l’ensemble de ses programmes. Principal programme de l’EPA, le projet de restauration des Grands Lacs, qui finance des milliers de projets pour traiter l’eau de cet important bassin, sera grandement affecté, selon un document obtenu par la National Association of Clean Air Agencies. De 300 millions par année, son financement devrait fondre à 10 millions, une baisse de 97%.

Lire sur La Presse

Ajout :

L’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent s’inquiète de coupes par Donald Trump

Agence QMI :

CHICAGO | L’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent s’inquiète de rumeurs voulant que le président américain Donald Trump réduise considérablement des fonds pour la protection de l’eau des Grands Lacs.

Selon l’organisation représentant 125 municipalités canadiennes et américaines des Grands Lacs et du Saint-Laurent, dont Montréal et Québec, la Maison-Blanche pourrait réduire de 97 % des budgets de 300 millions $ US touchant ces cinq lacs, qui seraient ainsi réduits à seulement 10 millions $ annuellement.

«Cela serait une tragédie pour le gouvernement américain de renier son engagement envers les Grands Lacs, une ressource qui est critique pour le bien-être économique et la qualité de vie dans la région», a affirmé vendredi par communiqué, le maire de Niagara Falls dans l’État de New York, Paul Dyster, qui est vice-président de l’Alliance.

Lire sur Le Journal de Montréal

ICI Radio-Canada : L’EPA cesse de demander des informations aux compagnies pétrolières sur leurs émissions de méthane