Équiterre :

08 avril 2016 – Équiterre tient à saluer la nouvelle politique énergétique annoncée aujourd’hui par le premier ministre du Québec M. Philippe Couillard ainsi que pas le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand. Cette politique vise notamment à s’arrimer, une première au Québec, avec les objectifs de réduction de GES sur l’horizon 2030. Parmi les mesures de cette politique, retenons :

  • Une réduction de 40 % de la consommation de pétrole (Équiterre proposait 60 %);
  • une augmentation de 25 % de la production d’énergie renouvelable;
  • une augmentation de 50 % de la production de bioénergie;
  • la création d’un institut pour la transition énergétique.
« Québec fait un pas de plus vers une société sobre en carbone », a déclaré Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre. « Nous sommes heureux de voir que le Québec met à nouveau de l’avant l’efficacité énergétique, mais croyons que nous pouvons faire plus que 1 % d’amélioration par année. Nous espérons que des mesures concrètes seront adoptées rapidement pour y donner suite, notamment dans le secteur des transports », a-t-il ajouté.
« Le Québec doit donner un coup de barre si nous voulons atteindre les objectifs de réduction de GES que nous nous sommes fixés sur l’horizon 2020 et 2030, mais également afin d’arriver à réduire nos GES de 80 à 95 % tel que le premier ministre Couillard s’est engagé à le faire en juillet dernier », a ajouté Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. « Cela doit absolument passer par une réduction de notre dépendance au pétrole, plus de transport collectif et actif, l’électrification des transports et le recours accru aux énergies renouvelables. Il est dommage de constater que Québec laisse toujours ouverte la porte à l’exploitation des hydrocarbures », a-t-il ajouté.

Équiterre se réjouit également de la création d’un institut pour la transition énergétique dont le mandat sera notamment d’augmenter nos efforts d’efficacité énergétique ».