Hélène Baril / La Presse :

À défaut d’avoir pu en faire l’acquisition, Hydro-Québec a conclu une alliance avec le principal distributeur d’électricité européen, RTE (Réseau de transport d’électricité), pour identifier ensemble des opportunités d’acquisition.

«RTE constitue pour Hydro-Québec un partenaire de choix et une plate-forme de développement pour de futures démarches d’acquisitions en Europe, a commenté le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel.

Les deux entreprises s’intéressent à l’acquisition de réseaux de transport d’électricité et à la commercialisation d’outils et de services. L’accord a été signé lundi par le président du directoire de RTE, François Brottes, et le pdg d’Hydro-Québec.

Lire sur La Presse

Hydro s’entend avec un réseau de transport d’électricité en Europe

La Presse Canadienne :

(…) Joint à Paris par La Presse canadienne, le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, a précisé que si la société d’État n’a pas réussi à mettre la main sur une partie de RTE à cause de décisions politiques qui ont freiné la vente à des joueurs étrangers, l’épisode a permis «un rapprochement au niveau du leadership senior des deux organisations».

M. Martel a précisé que les acquisitions potentielles en partenariat avec RTE ne se limitent pas nécessairement au marché européen, mais qu’Hydro-Québec n’est pas non plus lié par cette entente en ce qui concerne de futures acquisitions ailleurs dans le monde.

Cet accord avec RTE comprend également deux autres volets : un premier qui prévoit la commercialisation commune éventuelle de solutions issues de leurs programmes respectifs de recherche et développement; et un deuxième qui concerne la mise en commun de savoirs faire, notamment en matière de sécurité au travail.

Lire sur Le Soleil

Un nouveau pas pour Hydro-Québec sur la scène internationale

Hugo Lavallée / ICI Radio-Canada :

(…) Il s’agit d’un nouveau pas sur la scène internationale pour Hydro-Québec, qui tente de réinvestir ce créneau. L’été dernier, la société d’État avait tenté sans succès d’acquérir 49 % de RTE, mais la transaction n’avait jamais eu lieu, la France décidant finalement de ne pas vendre ses actifs à des intérêts étrangers.

Lors du dépôt de son nouveau plan stratégique le printemps dernier, Éric Martel, avait indiqué vouloir doubler les revenus de la société d’État d’ici 15 ans. Il avait alors identifié trois axes de croissance principaux : les exportations d’électricité, la commercialisation des innovations et l’achat d’infrastructures.

« Ce n’est pas une course », met toutefois en garde le grand patron d’Hydro-Québec.

Lire sur ICI Radio-Canada