Éric Plouffe :

Alors qu’on est toujours sans nouvelles du sort des audiences de l’Office national de l’énergie (ONE) sur le projet d’oléoduc Énergie Est suspendues depuis hier, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Stratégies énergétiques proposent aux gouvernements canadien et québécois de tout reprendre à zéro, devant la « débandade de la crédibilité » de l’organisme fédéral. Les deux groupes environnementalistes ont envoyé une lettre au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et à son homologue québécois, Philippe Couillard, pour leur suggérer de mettre sur pied une commission mixte fédérale-provinciale pour évaluer le projet d’oléoduc qui prévoit le transport quotidien de plus d’un million de barils de pétrole lourd de l’ouest du pays vers des raffineries de l’Est canadien, jusqu’à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. « On propose de tenir une commission conjointe sur cette question comme on l’a fait sur plein de dossiers comme Rabaska et Cacouna », précise le président de l’AQLPA, André Bélisle. Il fait cette proposition « pour s’assurer que les questions importantes qui avaient été laissées de côté soient abordées, à savoir l’acceptabilité sociale »

On a bien vu qu’il n’y en avait pas d’acceptabilité sociale.

–André Bélisle
 Lire sur ICI Radio-Canada