Geneviève Lajoie / Le Journal de Québec :

Le gouvernement Couillard négocie une porte de sortie pour tirer un trait définitif sur l’exploration des hydrocarbures sur Anticosti, a appris Le Journal.

Selon nos informations, Québec tente actuellement de conclure un «deal» pour dédommager ses partenaires privés dans le projet visant à confirmer le potentiel pétrolier et gazier de l’île du golfe du Saint-Laurent.

Des forages par fracturation hydraulique sont prévus cet été sur Anticosti. Le gouvernement libéral met les bouchées doubles pour qu’une entente intervienne d’ici là, ce qui éviterait d’allonger des millions $ d’argent public inutilement.

Deux avocats ont été embauchés à grands frais par le ministère des Finances pour piloter cette négociation. Pierre A. Raymond et Daniel Picotte ont chacun obtenu un contrat d’une valeur de 300 000 $ pour représenter le gouvernement du Québec.

Me Picotte est en terrain connu. C’est lui qui a négocié l’entente initiale au nom de l’État québécois en 2014, face à Lucien Bouchard, qui représentait Pétrolia à l’époque.

Lire sur Le Journal de Québec