ICI Radio-Canada :

Le Canadien National (CN) et le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique affirment que la qualité de l’eau dans la région de Gogama est conforme aux normes canadiennes de qualité de l’eau. Dans un courriel, le ministère de l’Environnement dit surveiller « les efforts de nettoyage entrepris par le CN, en plus de réviser les résultats des tests de qualité effectués régulièrement ».

Les derniers résultats datent du 6 juillet et, selon le Ministère, d’autres analyses sont en cours.

Le Ministère s’est aussi rendu sur les lieux du déversement les 3 et 4 août, après que des citoyens eurent fait connaître leurs préoccupations.

– Ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique

La semaine dernière, le chef des pompiers, Mike Benson, avait encouragé les résidents à rapporter les poissons morts trouvés sur les rives des cours d’eau de la région afin de les faire analyser.

Le chef de la Première Nation Mattagami, Chad Boissoneau, a affirmé que le nettoyage de l’emplacement ne devrait pas dépendre de ce que le Ministère juge adéquat, mais plutôt être fondé sur ce que les membres de la communauté jugent satisfaisant.

Lire sur ICI Radio-Canada

Des résidents de Gogama songent à bloquer les rails du CN

ICI Radio-Canada :

Une rencontre avait lieu mardi soir à Gogama concernant le site où plus d’un million de litres de pétrole se sont déversés lors du déraillement d’un train du Canadien National en mars 2015. Lors de la rencontre, il a été suggéré que des manifestants bloquent les rails de train à Gogama, ce qui a provoqué une ovation parmi les présents à la rencontre. La semaine dernière, le chef des pompiers Mike Benson avait encouragé les résidents à rapporter les poissons morts trouvés sur les rives des cours d’eau de la région afin de les analyser. Chad Boissoneau, de la Première Nation Mattagami, est celui qui a proposé mardi soir de bloquer les rails afin d’attirer l’attention du ministère de l’Environnement. Il affirme que le nettoyage du site ne devrait pas dépendre de ce que le ministère juge adéquat, mais devrait plutôt être fondé sur ce que les membres de la communauté jugent satisfaisant, parce que ce sont eux qui y vivent.

Lire sur ICI Radio-Canada