Alexandre Shields / Le Devoir :

Le préjugé favorable affiché mardi par le gouvernement Trudeau envers l’exportation de gaz naturel a de quoi réjouir le promoteur d’un autre projet gazier majeur, mais qui doit s’implanter au Québec : Énergie Saguenay. L’entreprise GNL Québec prépare d’ailleurs déjà l’étude d’impact de ce projet de 7,5 milliards de dollars, qui irait de pair avec la construction d’un gazoduc de 650 kilomètres.

« Ça m’apparaît positif », a commenté mercredi la directrice des affaires publiques de l’entreprise, Marie-Claude Lavigne, quelques heures après le feu vert donné par Ottawa au projet d’exportation Pacific Northwest LNG. Ce complexe industriel de 36 milliards de dollars doit permettre d’exploiter du gaz de schiste, de le transporter par gazoduc, de le liquéfier et de l’exporter par navires, à partir de la côte ouest.

Selon Mme Lavigne, la porte ouverte par le fédéral est une bonne nouvelle pour Énergie Saguenay. « Ça m’apparaît responsable. Ça m’apparaît intéressant pour un projet qui se développe comme le nôtre », a-t-elle dit, tout en soulignant qu’elle n’avait pas pris connaissance de l’ensemble des détails de Pacific Northwest LNG et des conditions fixées par le fédéral.

Lire sur Le Devoir