Hélène Baril / La Presse :

Les exportations d’électricité d’Hydro-Québec aux États-Unis sont-elles rentables? Trois spécialistes du monde de l’énergie étaient invités hier par Nature Québec à répondre à cette question. Réponse courte: on ne le sait pas vraiment.

REVENIR SUR TERRE

L’électricité québécoise n’est pas l’énergie verte qui fait l’envie de tous, comme on aime à le croire, a souligné Normand Mousseau, physicien qui a coprésidé la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec. « À l’exception des 10 térawattheures qui sont vendus aux États-Unis dans les périodes de pointe, le reste des ventes [20 térawattheures] se fait actuellement au même prix qu’ici », a-t-il expliqué. En outre, l’électricité sert de moins en moins à créer des emplois au Québec, parce qu’Hydro-Québec consent des rabais importants aux entreprises, notamment aux alumineries, sans rien exiger en retour. « On court maintenant après des centres de données qui créent trois emplois : le gardien de sécurité, le concierge et le technicien qui vient changer les disques durs. J’exagère, mais c’est à peu près ça. »

Lire sur La Presse

La Tribune : Exportation d’électricité : Hydro piquée au vif