Francine Pelletier / Le Devoir :

« Toute loi qui entrave notre capacité d’être pleinement humain devrait être abolie. »

Parmi les nombreuses trouvailles du documentaire Demain, un véritable panégyrique pour l’avenir de l’humanité, il y a cette phrase qu’on serait tenté d’appliquer à nos gouvernements. Après avoir coupé en éducation, en santé et en services sociaux, dans les garderies, les prisons et le bien-être social, voici que le dernier grand projet du gouvernement Couillard fait un nouveau pied de nez à notre humanité.

Comme le rapportait Alexandre Shields dans ces pages (8 juin), le projet de loi 106 sur la politique énergétique accorde « le droit d’expropriation aux pétrolières ». Faisant semblant de ne voir aucune contradiction entre cette appropriation grossière et la transition aux énergies renouvelables, le gouvernement en remet en précisant que les compagnies ont un « droit réel » sur un terrain convoité, en plus du droit aux ressources qui y seraient enfouies. En d’autres mots, le fameux « click and claim » qui, depuis 1880, tient lieu de développement du territoire, sévira non seulement aujourd’hui mais dans l’avenir rapproché, puisque la politique gouvernementale a comme horizon 2030. On plante son poteau pour quelques sous, comme dit Richard Desjardins dans Trou Story, et, bingo !, la terre et son sous-sol vous appartiennent.

Lire sur Le Devoir