Le REM bouscule tout avant son passage

Marie-Michèle Sioui / Le Devoir :

Le gouvernement libéral prend les grands moyens pour s’assurer de la réalisation du projet de Réseau électrique métropolitain (REM) : il a déposé jeudi un projet de loi qui empêchera les futurs « expropriés du train » de contester le sort qui leur sera réservé.

Revue de presse sur le rejet du BAPE
Découvrez tous nos articles sur le train de la Caisse

En vertu du projet de loi 137, les personnes visées par les avis d’expropriation ne pourront pas contester ceux-ci devant un tribunal. Elles pourront en revanche contester les indemnités prévues par le gouvernement, qui réserve 200 millions pour celles-ci. Le délai de prise de possession du terrain ciblé par un avis d’expropriation a été prolongé : il passe notamment de 105 jours à un an pour les particuliers.

« On a un projet de loi qui s’apparente à un bulldozer légal. […] On sort la grosse artillerie », a tout de suite réagi le critique péquiste en matière de finances, Nicolas Marceau.

Mais pour les ministres qui ont fait part des intentions du gouvernement, jeudi, tout doit être fait « rapidement ». Ainsi, pour Laurent Lessard, Carlos Leitão et Martin Coiteux, c’est « rapidement » que le fédéral devra annoncer sa participation financière dans le projet ; que le tracé du REM devra être finalisé ; qu’un système de redevances devra être précisé ; que les propriétaires expropriés devront recevoir des compensations financières.

Lire sur Le Devoir

98,5 FM : Train électrique: plus de 200 expropriations possibles

TVA Nouvelles : Les expropriés ne pourront pas contester

La Presse : REM: une poignée de résidences devront être expropriées

La Presse : L’angle mort du train de la Caisse

La Presse : REM: plusieurs «nouveaux» centres-villes se profilent