AFP :

La Russie a déjà annoncé qu’elle ne réduira pas sa production

L’OPEP a surpris le monde entier en annonçant un accord sur la réduction de la production d’or noir, poussant les marchés à la hausse, mais de nombreuses inconnues demeurent. Après des semaines de tractations et six heures de réunion, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole a décidé mercredi soir de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre 33,47 mbj en août. Il s’agit de la plus importante limitation depuis celle décidée pendant la crise de 2008, quand le baril était passé de près de 150 dollars à près de 40. Le cours du baril de référence (WTI) a gagné jeudi 78 ¢ à 47,83 $US sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange. (…)

« Il y a eu une décision très positive hier », a réagi le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak, ajoutant que cet accord aiderait à « réduire la volatilité des prix »mais que son pays ne comptait pas pour autant produire moins. « Tout dépendra de la situation macroéconomique et des plans des compagnies, mais nous nous concentrons sur le maintien des niveaux de production actuels », a déclaré le responsable russe, précisant qu’il s’agit là d’un « principe de base qui a déjà été discuté ». Au final, confrontée à la production extérieure au cartel, « l’OPEP pourrait donc se retrouver face au même dilemme qu’en 2014 [quand elle a dû se résoudre à laisser plonger les prix pour préserver ses parts de marché] et dans ce cas, les consommateurs devraient bénéficier d’un pétrole bon marché pendant un certain temps », ont dit les analystes de Commerzbank. « Enfin, cela reste très théorique », car, dans les faits, il est probable, disent-ils, que« les pays de l’OPEP ne vont pas respecter l’accord ».

Lire sur Le Devoir