Valérie Borde / L’actualité :

Les traces laissées dans le ciel par les avions seraient-elles en réalité de longues traînées de produits chimiques que des gouvernements ou des entreprises largueraient en secret dans l’atmosphère, dans un dessein malveillant? Les tenants de cette théorie conspirationniste étonnamment populaire le croient dur comme fer. Lors d’un sondage mené en 2011 auprès de 3 015 Américains, Canadiens et Britanniques représentatifs de la population, 2,6 % des personnes interrogées s’étaient dites persuadées de l’existence de ces chemtrails (les traînées chimiques) et 14 % y croyaient au moins partiellement. (…)

Une étude originale fournit de nouveaux arguments à leur opposer. Après s’être aperçu que cette théorie n’avait jamais fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse, Steven Davis, un climatologue de l’Université de Californie à Irvine, a entrepris de la mettre à l’épreuve. Il a d’abord recensé les principaux arguments avancés par les sites Web militant en faveur de l’existence des chemtrails. Il les a ensuite soumis à près de 400 chercheurs ayant publié les études les plus reconnues depuis 20 ans sur la chimie de l’atmosphère et sur la déposition au sol ou dans les lacs et océans de matières provenant de l’atmosphère. (…)

Conclusion: la théorie des chemtrails ne tient vraiment pas la route. Il existe des explications bien plus simples et plausibles aux traînées dans le ciel et aux prétendues anomalies de dépôts d’éléments chimiques provenant l’atmosphère. Avec cette étude publiée dans la revue Environmental Research Letters, Steven Davis et ses collègues ne comptent pas faire changer d’avis les personnes persuadées de l’existence des chemtrails. Mais ils espèrent que les gens qui hésitent à y croire trouveront dans cette analyse des arguments qui pourraient les ramener à la raison.

Lire sur L’actualité