AFP :

Les scientifiques pointent du doigt le réchauffement climatique dans les gigantesques feux qui viennent de ravager une partie de la province canadienne de l’Alberta, soulignant que la fréquence, la durée et l’intensité des incendies dans les forêts boréales ont nettement augmenté avec la montée des températures. Les incendies autour de la ville de Fort McMurray la semaine dernière ont dévasté plus de 200 000 hectares (2 000 km2) en neuf jours et forcé l’évacuation de près de 100 000 personnes.

Lire sur Le Journal de Québec