Relaxnews :

Le modèle le plus emblématique de Ford sera décliné en version électrique rechargeable, a confirmé le constructeur américain.

Ford prévoit aussi une version hybride de l’emblématique pick-up F-150 et une version hybride rechargeable du van Ford Transit à destination de l’Europe.

Plus innovant, un SUV tout électrique disposant d’une autonomie de 483 km est également en développement. Il sera commercialisé internationalement.

Ce nouvel SUV sera sur les routes en 2020, tout comme la Mustang et le F-150. Le Transit entrera en production en 2019.

Ford a investi 4,5 milliards $ US dans l’accélération du développement des véhicules électriques de façon à ne pas se laisser distancer par des concurrents tels que GM. En décembre, Chevrolet (marque détenue par GM) est officiellement devenu le premier constructeur américain à lancer un modèle électrique abordable doté d’une autonomie de plus de 370 km. Le modèle Bolt coûte 30 000 $ et les premières livraisons sont en cours.

Lire sur Canoe.ca

Automobiles et immeubles: le défi de l’optimisation énergétique

André Boily / Le Journal de Montréal :

Dans quelques années, quand la production de véhicules électriques aura atteint d’importants volumes de ventes, la demande électrique atteindra des niveaux qu’il faudra gérer pour éviter la surcharge les réseaux.

Imaginer par exemple que des centaines de milliers de voitures électriques soient branchées plus ou moins en même temps en fin d’après-midi ou en début de soirée quand le réseau d’Hydro-Québec est déjà soumis à une forte demande en hiver.

Les voitures électriques, davantage une solution qu’un problème

Au lieu d’être à l’origine du problème de surcharge du réseau, les batteries des voitures électriques deviennent en quelque sorte la solution!

À l’aide d’une simulation réalisée en 2011, l’Université Laval a déterminé qu’une recharge coopérative véhicules-bâtiments était économiquement profitable. En intégrant un système de gestion intelligente basé sur des bornes bidirectionnelles, l’énergie résiduelle stockée dans les batteries des véhicules électriques servirait à répondre aux pics de demande des bâtiments – à l’heure du souper par exemple.

Lire sur Le Journal de Montréal