AFP :

Washington — Environ sept millions de personnes vivent dans des régions du centre et de l’est des États-Unis où la fracturation hydraulique peut causer des secousses sismiques risquant d’endommager les constructions, selon un rapport de l’Institut américain de géophysique publié lundi. L’Oklahoma, le Kansas, le Texas, le Colorado, le Nouveau-Mexique et l’Arkansas sont, dans l’ordre, les plus exposés, a précisé le United States Geological Survey (USGS), notant que l’Oklahoma et le Texas abritaient la population la plus importante exposée à ce risque.

Lire sur Le Devoir