AFP :

Les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES) pris par le Canada dans le cadre de l’accord de Paris ne sont pas réalisables sans un coup d’arrêt à la production de pétrole, une hypothèse non envisagée, selon un rapport du Sénat publié mardi.

Les émissions de GES du secteur pétrolier et gazier, soit le quart des émissions totales au Canada, sont trop importantes pour être compensées par une simple augmentation de la production d’énergies alternatives comme l’hydroélectricité, l’éolien ou le solaire, selon ce rapport sénatorial sur le secteur électrique.

La baisse du volume de GES dans l’hypothèse où «toutes les voitures et tous les camions, les avions, les trains et les bateaux cesseraient immédiatement d’émettre» serait insuffisante pour atteindre la cible de réduction de 30% des émissions à l’horizon 2030, prise à la conférence climat de Paris.

Pour respecter son engagement sur le changement climatique, le Canada devrait émettre 523 mégatonnes en 2030 contre 732 mégatonnes en 2014. Selon les projections du Sénat, les émissions vont au contraire grimper à 742 mégatonnes en 2030.

Lire sur Le Soleil

Le Journal de Montréal : Canada : impossible en l’état d’atteindre l’objectif climat

La Presse : Rapport du Sénat sur les GES: les cibles sont irréalisables