Martin Croteau / La Presse :

(Québec) Junex a renoncé à près de la moitié de ses permis de recherche pétrolière et gazière au Québec l’an dernier. Elle s’est notamment départie de ses propriétés en Estrie et en Beauce, convaincue qu’il lui sera impossible d’en extraire du gaz de schiste de sitôt.

L’entreprise québécoise confirme avoir abandonné 34 permis qui couvrent une superficie de près de 6700 km2 dans la province en 2016. C’est près de la moitié de son domaine minier, explique son vice-président aux affaires corporatives et chef des finances, Dave Pépin.

« Si vous avez des propriétés sur lesquelles vous payez des droits, il faut envisager une perspective de développement à un moment donné, dans un horizon de moyen terme au moins. Et on ne voyait pas cela dans les régions où on a abandonné nos permis », résume M. Pépin.

Junex renonce à plusieurs « claims » dans la région des Appalaches, qui chevauche l’Estrie et la Beauce, où elle espérait extraire du gaz des shales se trouvant dans le sous-sol. Elle largue aussi des propriétés en milieu urbain à Québec et à Trois-Rivières.

(…)

Junex n’est pas la seule société pétrolière à avoir abandonné des permis de recherche l’an dernier. La société Gastem a perdu six permis, faute d’avoir acquitté les droits annuels.

Le président de Gastem, Raymond Savoie, confirme avoir renoncé à des propriétés aux Îles-de-la-Madeleine, en Gaspésie et au sud de Montréal. L’entreprise conserve néanmoins cinq permis.

Lire sur La Presse