Steeve Paradis / Le Soleil :

(Baie-Comeau) À Anticosti, on se réjouit bien sûr du fait que Québec propose de dédommager la compagnie Pétrolia pour l’abandon de la recherche d’hydrocarbures sur l’île. Mais le maire du seul village de l’endroit rappelle au gouvernement de ne pas profiter de l’occasion pour laisser la population sombrer dans l’oubli.

«Québec se dit prêt à négocier avec Pétrolia. C’anest bien beau, on est bien contents parce qu’on ne veut rien savoir de l’exploration des hydrocarbures, mais ça fait cinq ans qu’il n’y a pas de développement sur l’île», a lancé le maire John Pineault, qui demande au gouvernement la création d’un fonds de développement du village et de mise en valeur «du patrimoine culturel et naturel exceptionnel de l’île».

«Double discours»
Car selon le maire, le développement de l’île est loin d’être une sinécure et Québec n’est pas la plus empressée à répondre aux demandes. «À titre d’exemple, j’ai un promoteur prêt à investir 1,5 million ici, il ne demande pas une cenne, mais ça fait cinq mois que j’essaie de négocier avec le gouvernement pour le terrain qu’il désire, dans le périmètre urbain», clame l’élu, qui voit là un «double discours» de la part de Québec.

Lire sur Le Soleil

Le Devoir : Le maire d’Anticosti demande à Québec une aide financière pour l’après-Pétrolia

Radio-Canada : Anticosti mise sur son capital de sympathie et sur l’UNESCO

Le Journal de Québec : Forages sur l’île d’Anticosti: l’injonction de la nation innue entendue en cour