Yves Therrien / Le Soleil :

(Québec) Dorénavant, ce sera aux marchands et aux épiciers d’indiquer volontairement que leurs fruits et leurs légumes sont des produits québécois. Depuis le début d’août, la mention Produit du Québec n’est plus obligatoire pour les légumes et les fruits frais de la province, indique le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Par contre, la provenance des produits arrivant des autres provinces canadiennes et d’autres pays doit toujours être mise en évidence. (…)

Dans son infolettre de juillet, André Mousseau, président des Producteurs en serre du Québec, soutient que la modification du règlement est un coup dur pour les producteurs. Il estime au contraire que cela sèmera la confusion chez les consommateurs. «Recherchez donc le logo « Aliments du Québec » et autres certifications et marques d’origine locale pour être certains de la provenance de vos aliments, et exigez de vos producteurs une identification plus claire de leurs produits», conseille-t-il aux Québécois. (…)

Alors que l’achat local prend de plus en plus de place et que les produits locaux sont très prisés, l’UPA estime que l’identification demeure un point important qui n’aurait pas dû disparaître sans consultation. Le MAPAQ n’a jamais demandé l’avis de l’UPA, assure-t-on.

Lire sur Le Soleil

L’indication « Produit du Québec » n’est plus obligatoire

Myriam Laplante El Haïli / La Terre de Chez Nous :

La Terre de Chez Nous

Disparition de la mention «Produit du Québec» : un non-sens, dit le PQ

Yves Therrien / Le Soleil :

(Québec) Le Parti québécois (PQ) dénonce la disparition de la mention «Produit du Québec» sur les fruits et légumes provenant du Québec en exigeant que soit rétablie l’obligation d’afficher cette mention, comme c’était le cas auparavant. Réagissant au texte du Soleil paru mardi, le député de Berthier, André Villeneuve, porte-parole du PQ en matière d’agriculture et d’alimentation, s’interroge sur les intentions du ministre libéral Pierre Paradis. Dans une déclaration envoyée au Soleil, le député affirme : «Non seulement Pierre Paradis n’appuie pas les producteurs québécois, mais, en plus, il travaille contre eux. L’indication « Produit du Québec » est un outil indispensable pour mettre nos aliments de l’avant. La retirer, c’est carrément aller à contresens de la promotion de l’achat local!»

Lire sur Le Soleil