Martin Croteau / La Presse :

(QUÉBEC) Il ne sera pas possible d’extraire le gaz de schiste de la vallée du Saint-Laurent « à court terme », a affirmé mardi le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand. Mais il garde la porte ouverte à ce que les hydrocarbures y soient exploités plus tard.

L’opposition et un groupe citoyen ont lancé mardi une nouvelle salve contre le projet de loi 106 sur les hydrocarbures. Ils accusent le gouvernement libéral d’utiliser cette pièce législative pour lever en douce la suspension des licences d’exploration décrétée en 2011 et reconduite en 2014.

Le ministre Arcand a répondu qu’il s’oppose à l’imposition d’un «moratoire» sur les hydrocarbures. Il fait valoir que des avancées technologiques pourraient éventuellement rendre cette industrie plus acceptable. (…)

Pour le Collectif moratoire alternatives vigilance intervention, qui a tenu un point de presse en compagnie de la députée de Québec solidaire, Manon Massé, il est clair que le gouvernement ne jouait pas franc jeu. Son porte-parole, Serge Fortin, souligne que la porte restera ouverte à l’industrie tant que le projet de loi 106 ne sera pas amendé pour interdire explicitement l’extraction du gaz de schiste.

«Pour nous, c’est de la « bullshit »», a résumé M. Fortin.

Selon le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, les propos du ministre Arcand prouvent que le projet de loi qui vise à encadrer les hydrocarbures favorise l’industrie pétrolière et gazière.

« Le lobby du pétrole tient la plume du gouvernement », a-t-il résumé.

Lire sur La Presse

Gaz de schiste: Philippe Couillard referme la porte ouverte par Arcand

La Presse Canadienne :

Philippe Couillard a refermé la porte que son ministre Pierre Arcand avait ouverte: ce n’est pas le gouvernement, mais ce seront plutôt les citoyens qui bloqueront les projets de gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent.

Le premier ministre a ainsi réagi aux propos de son ministre des Ressources naturelles émis mardi. M. Arcand avait alors écarté le scénario d’extraction du gaz de schiste à court terme dans les basses terres du Saint-Laurent, mais dans l’avenir, il avait évoqué des technologies éventuelles qui pourraient le permettre.

Toutefois, M. Couillard a non seulement affirmé que ce scénario ne serait pas cohérent avec l’action du gouvernement en matière de changements climatiques, mais en outre, il ne voit pas le jour où la population acceptera l’exploitation des hydrocarbures.

Lire sur le Huffington Post